Quand Louis Vuitton fait battre le cœur du Printemps Haussmann

C’est avec un pop-up store dédié à l’accessoire que la célèbre maison de luxe parisienne occupe l’atrium du printemps femme du 15 mars au 5 mai.

Il s’agit de vendre des produits de luxe bien sûr, mais aussi  de faire rêver et, de ce point de vue, ne doutons pas que le pari sera amplement  tenu. Comme dans tout bon spectacle, il y a d’abord le décor :  en arrivant, on lève  le regard  vers le ciel pour admirer les montgolfières colorées qui occupent  la hauteur de l’atrium puis on baisse les yeux bien sûr pour découvrir les nouveaux articles présentés par la maison.

Quatre modèles de châles Monogram sont vendus en avant-première et une pièce tie & dye orange et bleue,  a été spécialement créée pour le Printemps.  Les couleurs vives et chatoyantes annoncent le retour des beaux jours, on pense à la mer,  au ciel et au soleil, on est déjà au printemps ou  parti dans un pays lointain…Côté maroquinerie on retrouve également des variantes du  Néonoé ou du City Steamer.

Petite cerise sur le gâteau : des animations interactives vous aident à personnaliser votre style !

N’hésitez pas à venir déambuler dans l’atrium : cette splendide scénographie printanière est une véritable invitation au voyage là  où «  tout n’est que luxe, calme et volupté ».

55478007_10157206727613189_6354302306527215616_o.jpg

l'esprit Hermès insufflé à la beauté

Connue et reconnue pour son affinité avec le monde équestre, ses innombrables carrés de soie, ses sacs emblématiques ou encore pour ses fragrances iconiques, Hermès a pour projet de se diversifier et d’investir davantage le segment de la beauté. Si la maison s’établit depuis 1930 avec son activité parfums, diversifiée en 2014 par le Bain Hermès, ce sont produits de maquillage et soins cosmétiques qui sont prévus pour l’année prochaine.

En effet, Guillaume Seyne (le numéro 2 du groupe), présent à l’évènement "Hermès hors les murs" qui se tient actuellement à Rome, a confirmé ce projet déjà évoqué par Axel Dumas (gérant du groupe) en avril 2018 lors d’un entretien pour Le Monde. 

Le groupe de luxe entend ainsi développer de nouveaux relais de croissance, comme le souligne Axel Dumas : « A long terme, il nous faudrait être présent sur les trois segments du marché des cosmétiques, le parfum, le maquillage et les soins. Cela nous donnerait une présence suffisante au sein de la distribution. ».
Si la collection reste encore bien gardée par la maison, cette dernière a confié à FashionNetwork.com qu’il s’agit d’« un beau projet qui correspond bien à l’esprit d’Hermès ».

Une évolution qui réserve de belles surprises au secteur de la beauté, et un nouvel élan à la maison de renom.

hermes.jpg
heeee.png

EllesVMH Edition 2019

À L’occasion de la journée de la Femme du 8 Mars 2019, LVMH a organisé pour la 12ème année consécutive un évènement nommé EllesVMH dans tous les pays où le groupe est implanté. L’objectif de ce programme est de développer l’égalité homme-femme dans le monde de l’entreprise. Entre 2007 et 2018, notamment grâce à ce programme, la part des femmes occupant un poste clé au sein de LVMH est passée de 23% à 42%. L’objectif du groupe est maintenant d’arriver à un quota de 50%-50% au poste de top-management en 2020.

Il y a un an, du 6 au 9 Mars 2018, a eu lieu un séminaire à Venise, rassemblant 60 entrepreneurs de 14 nationalités différentes (28 maisons du groupe représentées) afin de faire émerger des solutions pour améliorer la représentativité homme-femme. Cette année, pour la journée de la femme, LVMH a lancé une plateforme interne, nommé SheRo, pour She is a Hero, où les femmes peuvent exprimer et mettre en avant leur parcours professionnel au sein du groupe.

ellesvmh-1000x550.jpg

CHANEL - FW19

Sans doute le défilé le plus attendu de la Fashion Week de Paris, après le décès de son directeur artistique - Karl Lagerfeld - Chanel nous a dévoilé sa collection posthume.
Une fois encore la Maison nous a transporté dans un univers magique en transformant pour l’occasion la nef du Grand Palais en un très chic village de montagne.
Le défilé a débuté par un hommage émouvant au grand Kaiser avec la diffusion d’enregistrements évoquant ses débuts dans la maison « J’ai accepté parce qu’on me disait « Ne le faites pas, ça ne marchera pas » mais c’était la première fois où une marque est redevenue un truc de mode. Même la reine d’Angleterre avait dit « It’s like walking in a painting », et ça je n’oublierai jamais. ».
S’en est suivi une minute de silence qui a donné le coup d’envoi du show.
De nombreuses égéries souvent en larmes sont entrées en piste, à commencer par Cara Delevingne, Kaia Gerber ou encore l’actrice Penelope Cruz pour le final.
On retrouve sur ce défilé les codes Chanel, dont le tailleur en tweed inventé par Coco en 1954 et réinterprété chaque saison depuis trente ans par Karl Lagerfeld.
Cet événement marque le début d’une nouvelle ère où Virginie Viard passe de l’ombre à la lumière, avec mission «de continuer à faire vivre l’héritage de Gabrielle Chanel et de Karl Lagerfeld ».

Londres célèbre l'héritage de Christian Dior

De passage à Londres ? Ne manquez pas le tea time Dior de l'hôtel Berkeley à l’occasion de l’exposition "Christian Dior, couturier du rêve" du V&A Museum. Cette idée non des moins délicieuses dont le chef n’est autre que Mourad Khiat en fera rêver plus d’un.

On y découvre les créations les plus emblématiques de la maison de l’avenue Montaigne transmographiées en sablés et gâteaux ultra couture, créant la pâtisserie la plus tendance de la ville.

Les pièces les plus connues de l’empire luxueux deviennent sous les mains de Mourad Khiat de véritables chefs-d’oeuvres gustatifs.

Mini cakes saveur lychee et framboises surplombés d’un glaçage rose poudré à l’image du très prisé flacon Miss Dior, biscuits en forme de blazers cintrés à la taille, cappuccinos à la crème imprimée Dior, red velvet cake rehaussant le sac Lady Dior rassemblent tout un tremplin de petites bouchées tellement raffinées qu’on pourrait presque hésiter à les manger. Les plus gourmands adoreront la mousse au chocolat blanc revisitée par le chef à l’effigie de la fameuse robe Miss Dior datant de 1949.

"Il était important pour moi de reproduire respectueusement les robes féériques, intemporelles et emblématiques de Monsieur Dior en utilisant des ingrédients qui célèbrent le mieux ces créations opulentes et magnifiques" le précise Mourad Khiat.

Si cela semble être votre tasse de thé, ce charmant tea-time est l’occasion parfaite pour vous d’allier couture, pâtisserie et rêverie, au prix de 58 £ par personne.

53841439_2236466819925748_4237543029201698816_o.png

Geneva International Motor Show 2019 : La veuve Noire signée Bugatti

Elle porte un nom énigmatique et symbole de tourment pour ses amants. Des enjoliveurs aux toiles d’araignées soignées, une calandre prête à bondir et vous propulser. La Veuve noire, signée Bugatti, est sortie.

Au milieu d’une foule de connaisseurs ou d’admirateurs, quelques privilégiés pourront l’approcher, un groupe encore plus restreint, la toucher.

Pas de doute avec ses 16,7 millions de dollars, ce bolide est de loin le plus cher du marché automobile, loin du précédent record détenu par la Rolls-Royce Sweptail.

 

Au milieu des carrosseries rutilantes, des lignes soignées et des stands nombreux, le petit monde de l’automobile s’est donné rendez-vous dans la capitale Vaudoise pour la 89ème édition du Salon mondial de l’automobile.

 

L’occasion pour de nombreux constructeurs de dévoiler leurs nouveaux prototypes au grand public. La startup Suisse Piech Automotive l’a bien compris, et a, cette année, présenté un modèle d’exception. Un modèle sportif entièrement électrique « La Mark Zero » capable de recharger 80% de sa batterie en seulement 5 minutes.

Comprenons que les constructeurs intègrent davantage les contraintes environnementales dans leurs gammes de produits, et qu’il s’agit une fois de plus d’élargir le marché de l’électrique, à l’heure où le redoutable concurrent Tesla vient de dévoiler son « Model 3 » et prévoit un nouveau SUV entièrement électrique pour le courant de l’année.

bugatti-la-voiture-noir-hero.jpg

MAC ouvre son concept store digital à Shanghaï

Les marques de luxe l’ont bien compris : posséder un objet n’est plus une fin en soi. Les consommateurs recherchent plus aujourd’hui une expérience à vivre et à partager. MAC, propriété du groupe Estée Lauder, relève le défi et lance à Shanghaï un concept store placé sous le signe du digital. Après plus de 6 mois de recherches et d’entretiens liés aux comportements d’achats Beauté de la Génération Z chinoise, l’Experience Center voit le jour.


Pour débuter l’expérience, le visiteur s’inscrit sur la plateforme wechat sur des bornes disposées à l’entrée du magasin. 

Le concept store est découpé en trois zones distinctes. La première, consacrée au teint, consiste en un écran digital dernière technologie doté d’un scan, capable de faire matcher la carnation de la peau de l’utilisateur avec l’une des nuances de fonds de teint proposées par MAC. La seconde, dédiée aux lipsticks, dispose d’un miroir intelligent permettant d’essayer 18 teintes de rouges à lèvres en 30 secondes top chrono grâce à la réalité augmentée. Enfin, un espace spécial « ombres à paupières » offre au visiteur la possibilité de choisir parmi 6 palettes créées par des influenceurs et de les personnaliser en fonction de ses propres goûts avant de pouvoir l’imprimer en 3D.


Au deuxième étage, un espace est dédié aux Masterclass et événements futurs menés par des professionnels et des influenceurs Beauté. Leur réservation, ainsi que le paiement des différents produits et services, s’effectue via wechat. 


"Le MAC Cosmetics Experience Center a réinventé l'expérience physique de la vente au détail en franchissant le fossé entre le monde physique et le monde virtuel ", a déclaré Mark Jiang, directeur général de la marque, chez MAC.


Pari risqué… mais qui fonctionne. À peine ouvert, le concept store est déjà désigné par les médias chinois comme étant l’une des opérations de retail interactif les plus réussies du moment.

photo5.jpg

Les grandes maisons sur le tapis rouge des Oscars

Le 24 février se tenait la cérémonie annuelle des Oscars à Los Angeles. Qui dit Oscars dit tapis rouge, et cette année encore les invités ont eu le privilège d’être habillés par les plus grands couturiers, qui profitent bien évidemment de l’évènement pour promouvoir leurs plus sublimes créations. Quelques jours à peine après la mort de son directeur artistique, Fendi continue d’habiller les plus grands, notamment le couple Jason Momoa et Lisa Bonet qui étaient tout de pastel vêtus. Lady Gaga, star de la soirée, portait quant à elle une création éblouissante d’Alexandre McQueen. Des créations des maisons Balmain, Givenchy, Dior et Oscar De La Renta ont aussi sublimé le red carpet, portées notamment par l’actrice Emilia Clarke ou encore Charlize Theron. 
Mais la grande icône de la soirée fut sans aucun doute la robe Louis Vuitton entièrement brodée de sequins d’Emma Stone, dont la confection à même fait l’objet d’un article spécial dans Vogue, en effet la confection de la robe a nécessité 712 heures de travail et 22 heures d’ajustement. Encore une belle prouesse de la mythique maison française. 

rrrr.png

KARL LAGERFELD : Le génie disparu

« Karl est mort ». Trois mots laissés en suspens. Pas tout de suite compris. Puis saisis. Dévastateurs. Trois mots écrits par le président du CLD. Trois mots qui ont signé la fin d’une ère de génie pour le monde de la mode. 

Oui Karl Lagerfeld est mort. Vous le savez sans doute tous déjà. Là n’est pas le but d’écrire un énième article concernant ce fameux personnage dont on connaît déjà presque tout. Nous n’avons pas de selfies, photoshoots ou autre défilés à partager sur les réseaux pour célébrer ce génie de la mode. Pas de liens concrets, il est vrai, mais là est la nuance. On se souvient de lui pour son talent, pas d’embrassade, soit, mais des images, des idées, qui nous marqueront à tout jamais. Alors oui, aucun d’entre nous ne l’a jamais vraiment rencontré, mais il a existé en chacun de nous, nous a tous touché par son talent. Ce qui nous lie, c’est son génie, son coup de crayon unique qui a révolutionné l’industrie du luxe. Alors célébrons ensemble cet être à part, un visionnaire qui aura réinventé le chic à la française.

On se souviendra de ses magnifiques shows, d’un luxueux supermarché à une céleste fusée, d’une sublime plage de sable blanc à une manifestation polémique et féministe, l’immuable « Kaiser » a toujours eu le goût du risque et a su se démarquer, devenant une icône mode, idolâtrée ou abhorrée, mais ne laissant jamais indifférent. 

Si lui estimait qu’il ne savait que « dessiner, lire et c’est tout », chacun aura été témoin de son incomparable talent à la tête des maisons Chanel, Fendi ainsi que de sa marque éponyme, mixant avec assurance et élégance modernité et tradition. 

« Karl est mort », il est vrai. Mais son génie reste et continuera d’enrichir et inspirer les grands (et petits) noms de la mode. Les derniers mots ne seront pas les nôtres mais ceux d’une autre inspiration. Sophie Fontanel a trouvé les mots justes, et ils méritent d’être entendus de tous : 

« J’ai quelque chose à dire à vous les petits jeunes, la relève. Grouillez-vous de sortir des normes, grouillez-vous d’oser sortir du lot, grouillez-vous de voir les choses en grand, d’avoir un grand amour qui prend toute la vie, de vouloir la beauté plus que n’importe quoi, de poser des questions au lieu de croire connaître les réponses, grouillez-vous d’être immenses. Parce que le type, là, le type merveilleux qui vient de mourir, il va falloir le remplacer. Pas seulement chez Chanel qui saura s’en sortir (et je pense à leur peine, Seigneur...). Mais il faudra aussi le remplacer dans l’air du temps. Ça dépend de vous maintenant ». 

J.B.

Capture d’écran 2019-02-24 à 23.08.41.png

Hermès se raconte et s'écoute avec "Le faubourg des rêves"

Après LVMH et Chanel, La maison Hermès lance sa toute première série de podcasts : "Le faubourg des rêves" .

Pour cette nouvelle aventure, Hermès a imaginé neufs épisodes de huit à vingt minutes chacun, disponibles en anglais et en français, dans lesquels les auditeurs font la rencontre des équipes de la Maison et de sa boutique historique,située au 24 rue du Faubourg-Saint-Honoré, en les suivant dans leur quotidien.

Ces podcasts permettent d'explorer une série de métiers et personnalités; directeurs artistiques, illustrateurs, en passant par les ateliers, espaces de vente et vitrines, et immiscent les auditeurs au cœur des savoir-faire de la maison. 

Les 9 épisodes sont disponibles sur le site de la maison ainsi que sur les plateformes de podcasts et streaming.

52598910_2230143207224776_5025611125052407808_n.png