L’industrie du luxe au chevet de Notre Dame.

Après la tragédie qui a frappé Notre Dame de Paris, lundi soir, plusieurs familles à la tête de grandes marques françaises ont immédiatement réagi.

Dans la nuit de lundi, François-Henri Pinault, dans une annonce transmise à l’AFP, est le premier à annoncer le déblocage d’une somme de 100 millions : «Face à un tel drame, chacun souhaite redonner vie au plus vite à ce joyau de notre patrimoine. Mon père et moi-même avons décidé de débloquer dès à présent sur les fonds d’Artemis une somme de 100 millions d’euros pour participer à l’effort qui sera nécessaire à la reconstruction complète de Notre Dame.». Précisons qu’il est à la tête du Groupe Kering qui possède entre autres les marques Gucci, Yves Saint Laurent et Boucheron. 2018 a été une année florissante pour le groupe avec des ventes atteignant 13,66 milliards d’euros.

Il est suivi de peu par la famille Arnault via un communiqué du groupe LVMH paru mardi matin :« La famille Arnault et le groupe LVMH, solidaires de cette tragédie nationale, se mobilisent pour Notre Dame et s’associent à la reconstruction de cette extraordinaire cathédrale, symbole de la France, de son patrimoine et de son unité. Ils feront un don d’une somme globale de 200 millions d’euros au fonds dédié à la reconstruction de cette œuvre architecturale, qui fait partie de l’Histoire de France. D’ici là, le Groupe LVMH met à la disposition de l’Etat et des instances concernées toutes ses équipes, créatives, architecturales, financières, pour aider au long travail de reconstruction d’une part, et de collecte de fonds d’autre part, qui s’annonce.». Le groupe compte 70 marques parmi lesquelles Louis Vuitton, Christian Dior ou Fendi. Le groupe a battu des records en 2018 avec des ventes atteignant 46,8 milliards d'euros.

Enfin à son tour, en début d’après-midi, la famille Bettencourt Meyers, héritière de l’Oréal annonce dans la journée de mardi un don de 200 millions pour « prendre part à l’élan collectif des engagements et des talents nécessaires pour relever ce défi immense». La fondation Bettencourt Schueller est déjà mécène de Notre-Dame de Paris depuis 2002.

Cette mobilisation immédiate va permettre de débloquer les fonds nécessaires pour parer au plus urgent. De son côté, la fondation du Patrimoine a débuté une grande collecte nationale qui permet à chacun de participer en fonction de ses moyens pour redonner vie à ce joyau de l’architecture gothique qui depuis tant de siècles fait battre le cœur de la capitale.

1200px-Notre_dame_de_paris_en_octobre_2006.jpg