Le Rêve : Saut HERMÈS 2019

Chevauchées célestes, cavaliers fougueux et voltige poétique : telle est la recette gagnante du mythique Saut Hermès pour cette année 2019. 

Du 22 au 24 mars, le Grand Palais a vu s’épanouir en son sein une effusion de virtuosité équestre, rassemblant lors de ce fabuleux week-end les meilleurs cavaliers mondiaux. 

 Ce concours de haut niveau labellisé CSI 5* comportait dix épreuves, chacune dessinée par le fameux chef de piste espagnol Santiago Varela Ullastres, expert notamment chargé des tracés des épreuves de saut d’obstacles aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020. La mythique maison Hermès a donc créé un évènement à son image, où perfection et compétition se sont offert une valse à la beauté brute et sauvage. 

 Lors de sa 10èmeédition, placée sous le signe du rêve, la verrière du Grand Palais a caressé de sa lumière chevaux et cavaliers de prestige. L’occasion pour ces derniers de laisser en suspens le temps d’un instant l’effervescence du Grand Palais pour nous extasier de leurs performances, nous rappelant les majestueux pégases régnant en maîtres sur l’Olympe. Les dieux grecs n’étaient ainsi pas les seuls bénis en ce dimanche 24 mars, Simon Delestre et Hermès Ryan profitant de cette lumière divine pour nous éblouir en remportant pour la seconde fois consécutive le Grand Prix Hermès, épreuve reine du concours. 

 Avec « L’envol », la maison Hermès nous prend au mot en présentant un spectacle révélant la magie d’une rencontre unique. C’est accompagné de douze lusitaniens que l’acrobate équestre Lorenzo nous guide à travers un monde de merveilles archangéliques. Leurs foulées s’accordant à la cadence des violons, ces chevaux d’exception nous offrent un moment suspendu, où seule la puissance de l’animal répond à la tension des cordes. Hermès nous livre ainsi une œuvre unique à quatre mains, où musique et voltige ne font plus qu’un. Dans une même cadence, la ligne musicale de Nathalie Shaw suit le tracé de l’homme toujours debout, franchissant obstacle après obstacle avec une aisance surnaturelle, véritable Apollon guidant son char de feu et de lumière. Bercé par Saint Saëns et Ravel, Lorenzo diffuse la chaleur du soleil couchant, se reflétant à la perfection sur chacun des visages émerveillés du Grand Palais. 

Le rêve donc. Un libre fruit de notre imagination. À l’image de cet alezan chevauchant à toute bride dans le ciel étoilé. Un rêve oui, mais devenant réalité sous l’impulsion géniale de « L’échappée Belle ». Hermès devient ainsi le magicien du songe et propose un voyage entre mythe et réalité où chacun devient libre de côtoyer les étoiles à dos de pégase. Grâce à la réalité virtuelle, la chevauchée étoilée tant rêvée prend alors tout son sens, l’imagination triomphant de la raison. 

La maison Hermès connaît de fait la recette du succès. Les quelques privilégiés ont donc touché du bout des doigts l’inaccessible : le rêve éveillé, où la limite entre fiction et vérité s’efface, ne laissant place qu’au spectacle. 

J.B.

hermès saut .png