McQueen au cinéma

Sorti en salles obscures le 13 mars, « McQueen » est un documentaire qui retrace la vie et l’œuvre du styliste. Les deux réalisateurs, Ian Bonhôte et Peter Ettedgui, se sont appuyés sur des archives inédites, des témoignages poignants de ses amis, de sa famille et de ses collaborateurs, pour revenir sur le parcours mouvementé du célèbre créateur londonien. Ils dressent le portrait intime d’un homme inspiré, et constamment tourmenté par ses démons. 

Alors que rien ne semblait le prédestiner à l’univers de la mode, Alexander McQueen vit en elle une échappatoire. Il put s’exprimer au travers de shows et de collections toujours plus spectaculaires. S’il succéda à John Galliano chez Givenchy en 1996, son style fut souvent jugé trop controversé. C’est avec sa marque éponyme, lancée en 1995, qu’il put donner libre cours à sa créativité. 

Anticonformiste et futuriste, Alexander McQueen est connu pour ses silhouettes énigmatiques et provocantes, mais toujours imprégnées de poésie. Nombreux sont ceux qui restent fascinés par ses mises en scènes singulières et inspirées de l’Histoire ou de faits de société. 

On se souvient de mannequins se promenant sous une pluie d’or lors de sa collection printemps-été 1998-1999, de son défilé « Highland Rape » (« Le viol de l’Ecosse par l’Angleterre ») en 1995, ou de sa collection automne-hiver 1996 inspirée de la Divine Comédiede Dante. La plus connue de toutes restera sans doute le final de son défilé « N°13 » en 1999, lorsque le mannequin Shalom Harlow, vêtue d’une robe blanche, fut aspergée de peinture par deux robots. 

Neuf ans après sa disparition, le personnage d’Alexander McQueen n’a pas fini de nous captiver. 

mcqueen fcb.JPG